Home / L’association
meghan-meghanora-association-tumeur-renales-de-l-enfant

L’association

[vc_row][vc_column][vc_video link= »https://vimeo.com/15772507″][vc_column_text]

 

MEGHANORA, c’est la seule Association en France contre les tumeurs rénales de l’enfant. Notre but : combattre ces maladies pour faire évoluer la recherche et ses traitements .

Donner plus qu’un pourcentage de chance de vivre, à un enfant touché par ces maladies .

GAGNER

Ce combat pour qu’il soit remporté le plus rapidement possible, mené par des équipes de chercheurs , passe aujourd’hui par le financement de la recherche et la diffusion de ses avancées.

Nous comptons sur votre générosité pour aider la recherche à avancer et combattre la maladie.

 

Objectifs de l’association :

MEGHANORA se doit de communiquer et d’informer le plus grand nombre des progrès à accomplir en matière de recherche sur les tumeurs rénales de l’enfant.

MEGHANORA a pour vocation de soutenir la recherche contre les tumeurs rénales de l’enfant.

Le but du projet de recherche portant sur le néphroblastome que nous proposons est double :

De pouvoir identifier le plus tôt possible les patients pour lesquels les traitements connus seront insuffisants

De pouvoir identifier d’autres cibles thérapeutiques spécifiques à la tumeur pour le développement de traitements ciblés

C’est pour cette raison que des nouvelles approches diagnostiques et thérapeutiques sont nécessaires, fondées sur la médecine moléculaire. Ceci nécessite un stockage systématique d’échantillons de tumeur (congélation), et une disponibilité des échantillons pour des études biologiques:

  • Coût à mi-temps d’un assistant de recherche clinique : 25 000 € par an. L’étude quasi-systématique des échantillons de néphroblastome à la recherche de nouveaux biomarqueurs, en utilisant les techniques récents de « puces » à ADN ou ARN, microARN ou épigénétique, permettent l’obtention d’un profil génétique d’une tumeur donnée basé sur des milliers voir même millions de marqueurs génétiques
  • L’analyse de 300 tumeurs. 4 types de «puces» par tumeur à 300€ par puce, soit pour 300tumeurs= 360000€. L’analyse en bioinformatique de ces données complexes pour l’identification
  • – de marqueurs permettant de prédire le pronostic
  • – de marqueurs servant à l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques
  • Le coût d’un bioinformaticien :60 000 € par an

Un tel projet permettrait une amélioration de la prise en charge pour les enfants atteints de néphroblastome par le choix du meilleur traitement possible pour chaque enfant.

MEGHANORA soutiendra les recherches contre les tumeurs rénales de l’enfant afin d’augmenter le taux de guérison des enfants touchés par les maladies associées et de permettre que les traitement aient moins d’effets secondaires invalidants (croissance, fertilité, etc.).

 

 

 

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]